Hommage à Yehudi Menuhin, dix ans après


Hommage à Yehudi Menuhin, dix ans après

Le 12 mars 1999, Yehudi Menuhin disparaissait à Berlin. 10 ans après, un hommage lui est rendu dans le monde entier. Le site Medici.tv vous propose de regarder le film Le Violon du Siècle, considéré comme l’œuvre indépassable consacrée à Yehudi Menuhin. Bruno Monsaigeon, que les amateurs de musique classique connaissent entre autre pour ses portraits de Glenn Gould, Nadia Boulanger, Fischer-Dieskau ou Sviatoslav Richter, était lui-même violoniste. Il a rencontré Menuhin en 1972 et lui a consacré pas moins de seize portraits, dont le dernier, achevé en 1995 couronne une longue amitié.
 
Yehudi Menuhin – ‘Le violon du siècle’
Rencontre avec un homme remarquable
Au fond, il y a la mer des Cyclades, et au premier plan, devant la nudité d’une terrasse blanchie à la chaud, en ce petit matin d’été à Mykonos, la frêle silhouette sans age d’un yogi faisant ses exercices quotidiens. Presque en apesanteur. Voici le portrait tellement intime de Yehudi Menuhin en sage. Bruno Monsaingeon a intitulé son film, biographie en huit chapitres, ‘Le violon du siècle’, sorte de testament de près de 40 ans d’amitié entre le musicien et le cinéaste. Et seize films à leur actif. Ensemble ils sont allés sur la muraille de Chine, à Moscou et ‘Leningrad’ en un émouvant ‘Retour aux sources’ pour Yehudi Menuhin, l’enfant de juifs russes émigrés à New York où il est né en 1916.
 
Violon du siècle, assurément il l’est, tant il l’a marqué de son empreinte –et pas uniquement comme musicien- et tant il est celui qui a su inventer le mieux un langage contemporain pour le violon, avec David Oistrakh sans doute. Leur rencontre dans le ‘Double Concerto’ de Bach reste un moment d’anthologie : les deux versants de l’instrument miraculeusement réunis dans ce dialogue d’exception. Tout en étant un héritier de la grande tradition européenne, lui qui fût l’élève de Louis Persinger et de Georges Enesco, le concurrent de ses aînés Jascha Heifetz  et Fritz Kreisler, il est ce passeur qui inspire les violonistes d’aujourd’hui comme Gidon Kremer ou Itzhak Perlman auquel il céda son Stradivarius ‘Soil’ en 1986 quand il considéra que sa main ne pouvait plus maîtriser la puissance de l’instrument. .
 
Violon du siècle, virtuose à 9 ans mais jamais un enfant prodige que l’on montre comme un phénomène de foire. Déjà maître de son art à l’entrée de l’adolescence. Pour preuve la phrase de Albert Einstein –son autre formule célèbre- qui après l’avoir entendu jouer le ‘Concerto’ de Bach avec la Philharmonie de Berlin en 1929, s’exclama : ‘Maintenant, je sais qu’il y a un dieu dans les cieux.’ Yehudi Menhuhin, n’avait que 13 ans. Le grand Bruno Walter qui dirigeait ce concert et pour lequel le violoniste a toujours gardé une immense tendresse ne lui avait-il pas quelques années auparavant écrit sur la dédicace d’une photo, ‘Au petit garçon doté d’une grande âme.’ Le maestro avait tout compris : et le musicien au talent si précoce et à l’homme à venir.
 
Film à regarder en vod sur www.medici.tv
Article ajouté par
attitude

Note moyenne : Pas encore de note
Commentaires :
Connectez vous ou Créez votre profil pour ajouter un commentaire
- Petites annonces - Réservez places de concert -